Le recrutement à distance : focus sur les changements en entretien digital

Le confinement et la situation sanitaire ont mis à jour de nouvelles méthodes de travail. Télétravail, management à distance, le recrutement à distance n’échappe pas à la règle et devient une méthode largement utilisée par les RH. Les candidats, quant à eux, adhèrent majoritairement aux modalités et aux différents supports de communication. Quelles que soient les plateformes utilisées pour la visioconférence, Skype, Zoom ou encore Google Hangouts, toutes laissent la place à la communication non verbale de la même manière que lors d’un entretien en présentiel.
Focus sur les changements dans la communication non verbale en entretien digital.

Définition de la communication non verbale

La communication non verbale englobe tous les moyens utilisés pour communiquer hormis la parole. Il s’agit donc de l’ensemble des éléments qui sont inhérents à la communication et qui ne se verbalisent pas : l’expression corporelle, la gestuelle, les expressions du visage ou encore l’habillement. La plupart du temps, cette communication n’est pas maitrisée et reste inconsciente.
La communication non verbale prend tout son sens lors d’un recrutement. Dès le début d’un entretien, recruteur et candidat s’évaluent l’un l’autre et si un candidat maîtrise sa gestuelle, il renverra alors une image positive. La façon d’être et de se tenir renvoie en effet des messages déterminants à nos interlocuteurs.

Quelle est la place réelle de la communication non verbale ?

Le verbal pur représente 7 % de l’ensemble d’un l’entretien. Le non verbal, quant à lui, permet aux recruteurs de tenter d’analyser leur interlocuteur sous d’autres facettes : comportements ou postures peuvent être révélateurs d’une personnalité. Les codes du non verbal paraissent à portée de main, mais ils ne le sont pas. Les RH distinguent cependant l’essentiel de cette communication dans un certain contexte, mais il faut garder à l’esprit que le non verbal reste du domaine d’un décodage aléatoire. Détourner le regard n’est pas forcément signe de mensonge, il peut être source de concentration, d’embarras ou intrinsèque au fonctionnement d’une culture. Les entretiens physiques sont-ils si différents des entretiens digitaux ?

Le recrutement à distance change-t-il fondamentalement les règles ?

Un entretien d’embauche se prépare qu’il soit ou non à distance. La visioconférence est simplement devenue une nouvelle norme de communication, mais l’entretien se déroule de la même manière qu’en présentiel. Le recrutement à distance donne également accès à une communication non verbale, à savoir au langage corporel de son interlocuteur. L’écran ne constitue donc pas une barrière au processus de recrutement. Les technologies actuelles en constante évolution permettent l’obtention d’un son parfait, restituent la gestuelle et les réactions en direct, sans période de latence. De plus, elles permettent aux candidats de montrer leurs connaissances techniques des différents moyens de communication, un atout réel dans le contexte actuel. Certains acteurs professionnels ont pris la décision d’effectuer l’ensemble des premiers entretiens de recrutement par le biais de ces supports mais le 100% n’est pas encore atteint.

Le recrutement à distance regroupe un certain nombre d’avantages :

  • Un gain de temps pour le recruteur et le postulant au poste
  • Une diminution du stress lors de l’entretien
  • L’augmentation d’une écoute active
  • L’optimisation du processus recrutement (éviter les pertes de temps liées aux déplacements)
  • La digitalisation réduit également les barrières géographiques

Le ressenti des candidats

Dans une idée d’efficacité et d’économie, la présélection digitale des candidats est destinée à améliorer le recrutement. Qu’en est-il alors du 100 % digital ? Les candidats ne reculent pas devant un recrutement à distance ni à passer par un entretien en visio. Une enquête consacrée au recrutement à distance organisée par le cabinet de recrutement CCLD sur 500 candidats met à jour que 87 % d’entre eux sont ouverts et perçoivent ce type de recrutement de manière positive car il leur permet de se faire une idée nette des besoins de l’entreprise et du poste auquel ils postulent. Ils accordent un niveau de confiance de 7,5/10 à ce type de recrutement et sont plus de 90% à avoir envie de donner suite aux recruteurs.
8 /10 sont conquis par la facilité et le gain de temps que représentent ces entretiens ainsi que la diminution du stress, l’écoute active et la convivialité qu’ils jugent plus exacerbée. Seul bémol à déplorer, le candidat ne peut pas se faire une idée de l’ambiance in situ et approcher le reste de l’équipe. Un concept qui séduit autant les recruteurs que les candidats et fluidifie les échanges bien que les derniers entretiens semblent toujours vouloir se dérouler en présentiel.

Dans cette période de crise sanitaire, le processus d’onboarding entièrement à distance doit être bien pensé pour être réussi. 5 actions sont nécessaires pour onboarder à distance et bien intégrer le candidat dans sa future structure d’accueil : le rassemblement des pièces administratives, un livret digitalisé relatant l’organisation de l’entreprise et ses valeurs ainsi que la désignation d’un tuteur ou référent. L’organisation du premier jour peut également passer par une visioconférence avec présentation des collaborateurs et de leurs fonctions au sein de l’entreprise. Une communication régulière est essentielle pour permettre au candidat de répondre à l’ensemble de ses interrogations. La multiplication des échanges avec les équipes pour assurer la cohésion autour des valeurs de l’entreprise et de la marque employeur doit être maintenue.
Les entretiens digitaux ne rebutent en rien les candidats et sont destinés à se multiplier. Quant au processus d’onboarding, s’il est bien préparé, il n’est pas un facteur de rejet.

Que devons-nous en conclure ?

L’entretien digital permet aux interlocuteurs de s’observer et n’est-ce pas là au fond l’essentiel ?
Même si le champ de vision est réduit, on ne voit à travers un écran qu’un visage, le recrutement à distance ne remet pas nos modes de communication en question et permet à la communication non verbale de s’exprimer comme dans un entretien en présentiel. Nombreux outils sont à disposition des RH et se sont considérablement améliorés suite au premier confinement notamment en termes de sécurisation des données. Force est de constater que le Covid a modifié certaines des méthodes de fonctionnement de nos entreprises et que les modes de recrutement à distance sont désormais bien ancrés dans le présent.

Sources

  • https://recruteur.lefigaro.fr/article/comment-onboarder-vos-futures-recrues-a-distance/istance
  • https://www.parlonsrh.com/recrutement-a-distance-candidats-se-disent-prets/
  • https://online.edhec.edu/fr/blog/preparer-un-entretien-a-distance/
  • https://alumni.univ-paris13.fr/article/recrutement-a-distance-les-candidats-se-disent-prets/07/07/2020/58
  • https://www.optionfinance.fr/communautes/carrieres/les-processus-de-recrutement-se-digitalisent-avec-la-crise.html
  • https://werecruit.io/blog/votre-processus-de-recrutement-a-des-failles
  • https://www.jobibou.com/blog/maitriser-sa-communication-non-verbale-en-entretien-d-embauche
  • https://www.digitalrecruiters.com/blog/communication-non-verbale-principales-erreurs-entretien-recrutement.html