Congé de maternité : vers un retour au travail optimal et serein

La transition entre un congé de maternité et le retour au travail est un moment crucial. Deux mondes se télescopent : le cocon familial fondé autour du nouveau-né et le rythme du travail guidé par la productivité. Un virage réussi dépend d’une collaboration fructueuse entre l’employeur et son employé. Voici quelques pistes pour un équilibre optimal entre performance et sérénité.

Congés pour les jeunes parents : mode d’emploi

Le congé de maternité

En Belgique, le congé de maternité couvre 15 semaines, et jusqu’à 19 en cas de naissances multiples. Cette période débute avant la naissance. Le congé prénatal doit durer 7 jours au minimum et le congé post-natal 9 semaines au moins. La rémunération, pendant cette période, est prise en charge par la mutuelle. La nouvelle maman reçoit 82% de son salaire durant les 30 premiers jours, et 75% ensuite.

Le congé d’allaitement

La loi belge ne prévoit pas de congé d’allaitement à proprement parler. Un congé d’écartement peut, lui, être octroyé jusqu’aux 5 mois de l’enfant. Il s’applique lorsque la fonction exercée est incompatible avec la protection de la santé de la maman ou de son bébé.

Le congé de paternité et de coparentalité

Depuis janvier 2021, les coparents bénéficient de 15 jours de congés (20 dès 2023) pour prendre soin de leur bébé. Ces jours sont rémunérés par la mutuelle et doivent être pris dans les 4 mois qui suivent la naissance.

Le congé parental

Chaque parent dispose d’un droit au congé parental à exercer avant les 12 ans de l’enfant. Ce droit est conditionné à une ancienneté de travail de 12 mois minimum chez l’employeur actuel. Le congé parental peut être pris à temps plein ou à temps partiel, en une seule période ou en plusieurs fois. Il correspond à un total de 4 mois à temps plein.

Préparer son retour au travail

Votre congé touche à sa fin et le moment est venu de reprendre la route du travail ? Pour aborder cette perspective de manière positive, la clé est de privilégier une bonne préparation.

L’organisation pratique

Votre vie vient de traverser un grand bouleversement : l’arrivée d’un enfant. Tout change subitement dans votre organisation familiale. Optez pour la planification afin de vous assurer un réadaptation professionnelle sereine. Organiser votre emploi du temps vous aidera à établir les priorités, à accepter vos limites, à déléguer et à réduire votre niveau de préoccupation. Pour éviter de vivre deux situations stressantes en même temps, anticipez l’arrivée de votre bébé en milieu d’accueil. Savoir votre enfant serein et en sécurité vous aidera grandement à aborder votre propre rentrée en toute confiance.

Quelques semaines avant la date convenue de reprise, prenez contact avec votre employeur. Accorder de l’importance aux échanges préalables est un gage de succès. Vous vous placez ainsi dans une relation de dialogue et d’ouverture. Cette dernière vous permettra de redémarrer sur de bonnes bases.

Cultiver un état d’esprit favorable

Outre l’organisation pratique, une bonne préparation est aussi d’ordre psychologique. Depuis votre dernière journée de travail, vous êtes devenu parent. Ce changement de statut entraîne des modifications dans les priorités, les envies, les capacités. Accueillez ces transformations et écoutez-les. Nul besoin de vouloir correspondre à un modèle établi : identifiez ce qui vous convient personnellement.

Si vos perspectives professionnelles sont différentes aujourd’hui, osez en parler avec votre employeur. Les époques évoluent et de nombreuses entreprises comprennent et valorisent l‘importance du bien-être au travail. Profitez de ce moment pour effectuer un bilan de votre carrière, mettre des mots sur vos projets d’avenir et explorer les chemins qui s’offrent à vous. Dans la mesure du possible, reposez-vous et prévoyez du temps pour vous détendre et prendre soin de vous avant la reprise au travail.

Du côté des employeurs : favoriser une reprise sereine

En tant qu’employeur, vous pouvez jouer un rôle très positif dans le retour au travail de vos employés. Une politique d’égalité de traitement entre tous est un excellent départ pour sécuriser vos collaborateurs. En amont du congé parental, n’hésitez pas à rassurer le futur parent : son congé ne modifie pas la stabilité de son emploi et l’importance de sa place dans l’entreprise.

Les réalités de la vie familiale sont incompressibles. Être parent prend du temps. Pourquoi ne pas proposer des solutions flexibles à vos travailleurs ? Télétravail, réduction temporaire du temps de prestation ou horaires adaptés : ces dispositions sont relativement simples à mettre en place. Votre entreprise y gagnera des travailleurs motivés, reconnaissants et engagés. Si vous en avez la possibilité, l’organisation d’un dispositif de garde dans l’entreprise constitue aussi un avantage considérable. Le jour de la reprise, octroyez-vous du temps pour accueillir le travailleur dans de bonnes conditions. Vous serez, de cette façon, repartis pour une collaboration professionnelle fructueuse !